Monsieur le président,

Depuis que la Douane est sortie, meurtrie, au printemps dernier d’un conflit social sans précédent, elle ne cesse de recevoir des coups de la part de nos dirigeants. À croire que ces derniers se plaisent à souffler sur les braises pour en découdre de nouveau avec les agents !

Pour répondre aux caprices dangereux des enfants gâtés qui nous gouvernent, la Direction Générale s’empresse d’appliquer avec zèle la loi de transformation de la fonction publique du 6 août dernier. Dans les faits, cette loi, soi-disant porteuse de progrès social, enterre en grande partie le système paritaire qui avait été mis en place le 19 octobre 1946 par le Conseil National de la Résistance, afin d’en finir avec l’iniquité, la partialité et le favoritisme dans le fonctionnement de l’Administration.

Dès la rentrée, est venu s’y ajouter le coup de massue du rapport Gardette, dont l’auteur ne sait pas, ou feint de ne pas savoir, que la séparation de la gestion et du contrôle entre deux administrations différentes ne fonctionne pas. Comment imaginer qu’on puisse aller dans le bon sens avec un tel fonctionnement réparti entre la Douane et la FiP ? Mais après tout, n’est-ce pas ce que veulent ces fanatiques du « laisser faire et laisser passer ». Toujours est-il que ce rapport Gardette avance également au pas de charge, la Directrice Générale ayant déjà rendu visite aux agents du SNDFR pour leur signifier sa ferme intention de l’appliquer.
Dans le même esprit d’une diminution des contrôles, nous pouvons évoquer la loi ESSOC : Loi pour un État au service d’une société de confiance. Quand on lit ces mots, on croit rêver. Sommes-nous au pays de oui-oui ou des bisounours ? En tous cas, à tous les niveaux, on s’accorde pour dire que son application décrédibilise notre autorité, nous fait passer pour une administration paperassière et alourdit nos procédures au point de générer un stress supplémentaire aux agents.
Derniers coups durs en date, ces 29 et 31 octobre, les représentants du personnel ont été invités à la DG pour une présentation du futur RP Mutation et du dernier rapport secret de la cour des comptes. Les futures lignes de gestion balayent tout le travail réalisé par les partenaires sociaux durant ces 20 dernières années, pour concilier vie personnelle et vie professionnelle. La maison Douane se déshumanise !
Progressivement, nous deviendrons des rondelles à utiliser puis à jeter selon les besoins des directeurs à l’instant T. Quant au rapport, comme les précédents, il ne sert qu’à porter atteintes aux faibles acquis sociaux restants et à appuyer les réformes destructrices du gouvernement sur fond d’un réel mépris des agents.
Enfin, le Brexit : « to be, or not to be ? ». La date du 31 janvier 2020 étant encore incertaine pour un éventuel Brexit avec ou sans accord, et donc avec ou sans période transitoire, nous réclamons pour les agents stagiaires ou nouvellement mutés un calendrier, des modalités et une prise en charge à la hauteur des enjeux humains quant à leur future affectation.

Les représentants UNSA Douanes au CTSD HdF