Le Brexit n’est que la partie visible du malaise qui ronge la Douane depuis trop longtemps. Mais il est le VRAI détonateur des mouvements qui essaiment partout sur le territoire. Les organisations syndicales dénoncent, depuis le « non » britannique, l’impréparation de notre administration.

Les bureaux amenés à absorber le choc (Calais, Dunkerque) sont tellement sous-calibrés qu’après l’arrivée massive des Paris-Spécial, notre DG en appelle au volontariat ! Bref, on va déshabiller des déjà bureaux en souffrance pour colmater les brèches. Aucune DI n’est à l’abri. Et s’il n’y avait que ça !

La réunion Administration-OS du 12 mars 2019 a montré le profond mépris dans lequel nous tiennent nos dirigeants. Outre les miettes concédées (69€ bruts et de vagues promesses quant à l’amélioration des conditions de travail), les menaces à peine voilées (façon « c’est ça ou rien » ) et la promesse que l’Etat interviendra en cas de blocage (des sanctions assumées seront prises) prouvent le peu d’estime qu’ils ont pour nous.

Ces braves gens qui nous méprisent sont les mêmes qui se sont vus accorder en toute discrétion en plein mois de juillet il y a quatre ans, une augmentation de leur indice (de 70 à 180 points quand même !) et le statut d’Administrateur Civil qui fait que même si la Maison Douane s’écroule, eux seront recasés ! Pas nous !
Il n’est nullement question ici de défendre de soit disants privilèges liés au statut de fonctionnaire. Si l’on faisait fortune dans l’Administration, ça se saurait !

Il est simplement question de défendre le citoyen et le consommateur. Les scandales (économiques, sanitaires, de santé, etc.) sont légion ces dernières années et chacun se demande « Mais que fait l’Etat ? ». Il supprime des postes ! 99 % des marchandises entrant sur le territoire ne sont pas contrôlées (sur 5 millions de jouets contrôlés, 1 million ne sont pas conformes !).

La Douane, « Police de la Marchandise », est en première ligne pour tenter de juguler ces nombreux trafcs.
La Douane, c’est à peine 16 000 fonctionnaires mais 15% des recettes de l’État (sans parler des sommes perçues pour le compte de l'Union Européenne et des collectivités locales) !

La Douane est pourtant l’Administration la plus touchée par les restructurations incessantes depuis 20 ans : 6000 emplois en moins, soit 30 % de la masse salariale !

L’ultimatum de Darmanin a expiré le 13 mars à 12h00. Les agents n’ont pas voulu de ces miettes négligemment jetées aux agents. Celles que le DG a octroyé le 14 mars sont même un recul par rapport aux précédentes.

Luttons tous ensemble, AG-CO-SU réunis, par tous les moyens (blocages, contrôles approfondis des marchandises....). Le gouvernement parie sur un pourrissement du mouvement. Il hausse le menton. On a vu les résultats avec les « Gilets jaunes »…

Le Service Public est une richesse, pas une dépense publique inutile.
Défendons-le !

Tracts