Perpignan, le 02 mai 2019

Le bal des faux culs

Si les temps de réactions et de prise de conscience ne se sont pas fait à l’unisson, il n’en reste pas moins que petit à petit, les unités, tant SU que CO entrent au fur et à mesure dans le mouvement de protestation initié dans ce qu'il est convenu d’appeler à présent les « Hauts de France ».
A l’image du mépris dont savent faire preuve nos dirigeants politiques, la hiérarchie douanière n’a pas voulu être en reste ; à son mépris s’ajoutent les petites mesquineries qui ne grandissent pas leurs auteurs, à savoir le plafond d’heures de jour d’avance par exemple. Pourquoi pas ? Mais quelle audace : « Il convient de veiller au repos des agents et d’éviter des blessures liées à une fatigue excessive, tout en préservant les capacités opérationnelles » dixit !

Vous pouvez nous la redire celle-là sans trembler des genoux ? Dans le foutage de gueule, on est dans le sublime !
- Suppression des indispositions, véritable soupape de sécurité en cas de fatigue
- Heures de nuit, dont le calcul et le nombre ne gênent pas nos hiérarques
- Prolongations suite à contentieux, souvent avec au moins 24h de service continu (nuit blanche évidemment, remise aux services de Police ou de Gendarmerie, retour à l’unité… retour chez soi)

Si ce ne sont pas des cas de fatigue excessive ??!!

Nous saurons alors vous rappeler que nous voulons nous reposer. Il faudra prévoir des équipes pour garder les prévenus, voire finir les procédures : Vous recrutez ?
Nous sommes sur la même galère : il y a la chiourme qui rame et le tambour qui marque le rythme, nous en sommes conscients… mais une chose est sûre ce sont les rameurs qui font avancer le navire… pas le tambour !

L’hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu (La Rochefoucault)

P.S . : Sinon, il y a aussi la fable : « Le lion et le rat » de La Fontaine dont la morale est : on a toujours besoin d’un plus petit que soi.

Tracts