Monsieur le président,
 

quatre mois se sont écoulés depuis la tenue du dernier comité technique à Lille. A l’époque, nous nous étions quittés une nouvelle fois en désaccord sur l’organisation des services dans notre direction interrégionale.

Les représentants de l’UNSA Douanes s’étaient d’ailleurs ouvertement pleins de la nature de cette instance, devenue simple chambre d’enregistrement des décisions prises en amont par l’administration.

En outre, nous vous alertions sur le lien déliquescent entre les agents et leur hiérarchie dans de (trop) nombreux services, le tout dans une atmosphère antagoniste aux fonctionnaires, initiée par un gouvernement allergique à notre statut d’emploi.

En effet, le service public est encore une fois la variable d’ajustement que nos ministres vont actionner dans le but « d’équilibrer » les finances du pays. On sombre ici dans l’irrationnel lorsque l’on observe dans quel état d’abandon se trouvent pour exemple deux pans importants du service public que sont l’hôpital et la police.

Dans le même temps, nos décideurs nationaux planchent sur la réforme de la fonction publique, qui doit notamment apporter plus de transparence dans la gestion des carrières et des effectifs.

C’est surtout une réforme idéologique. Actuellement, un agent public sur cinq est déjà contractuel. Il n’y a donc pas besoin d’en assouplir les règles. Mais le plus grave, c’est l’affaiblissement des institutions représentatives du personnel, avec notamment la disparition d’une partie des commissions administratives paritaires (CAP).

Tous nos « indicateurs sociaux » étaient au rouge en ce début d’année. Au final, nous vous annoncions un conflit social dur à venir ; les événements récents l’ont malheureusement confirmé.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Un accord a certes été signé en mai dernier. S’il apporte une augmentation mensuelle inégalée depuis longtemps en douane, il n’a encore rien amélioré dans le quotidien des agents. Il doit cependant marquer le début d’un nouveau cycle de concertation entre les partenaires sociaux. Le plan est assez ambitieux : conditions de travail et immobilier.

A l’UNSA, on dit : « chiche ! », mais en aurez-vous pleinement les moyens ? Aurez-vous le pouvoir de rendre à nouveau ce comité technique capable de prendre en compte les attentes des personnels ?

Ce comité doit d’ailleurs s’y consacrer quasi pleinement avec quatre thèmes principaux relevés lors de l’observatoire interne : l’organisation et les missions, les conditions matérielles, le développement des compétences personnelles et l’efficacité opérationnelle.

Sur ce point, si nous pouvons regretter également le faible taux de participation, nous pensons que le timing pour consulter les agents n’était pas optimal. Envisagez-vous une seconde consultation dans un contexte plus propice à notre participation active ?

Enfin, les conclusions de nos travaux seront-elles en lien avec l’activité des CHS ou relèvent-elles exclusivement des CT ?

Nous attendons de pouvoir vérifier dès aujourd’hui, la volonté affichée en mars dernier par notre ministre de tutelle d’être constructifs dans les échanges à venir.
 

Les représentants UNSA Douanes au CTSD HdF