Nos chers administrateurs se sont découverts une nouvelle passion pour les trains à grande vitesse.


Vouloir changer de métier en se transformant en régulateur de trafic ferroviaire est tout à leur honneur. D'ailleurs nous les encourageons à déposer leur candidature aux offres d'emploi proposées par la SNCF.


Mais, envoyer les chefs de service réaliser les sales besognes, en menaçant les collègues de sanctions disciplinaires afin de faire taire un mouvement social légitime est tout simplement honteux.


Voici un extrait des menaces de sanctions disciplinaires envoyé par la direction aux collègues de Lille gares :


« Dans la mesure ou des retards aux départs normalement prévus des Eurostar sont constatés il y a lieu:
• comme indiqué de préciser au rapport de service comme actuellement pour certaines équipes la durée des retards constatés ;
• d'interroger le chef d'équipe pour des précisions sur le motif du retard ;
• pour le CSDS de viser le rapport et d'indiquer clairement le motif du retard ;
• pour les retards qui seraient imputables aux modalités de contrôle de sûreté et sans justification particulière recevable, constater le non respect de l'ordre de service et rappeler les consignes de fluidité (mention au visa) ;
• en cas de réitération d'une situation de retard provoquée par le service en non respect des ordres une demande d'explication écrite sur les motifs sera faite au chef d'équipe. La DR devra en être informée avant ;
• en cas de retard manifestement dû à l'action du service l'information sera remontée à la DI pour 17h au moyen du tableau joint avec identification des agents - A défaut CN ;
• les suites éventuelles seront vues en liaison avec le DI. »


Des mesures semblables ont également été prises dans les brigades de surveillance de la direction de Lille afin de fluidifier le trafic routier.


Dans un contexte social agité, de tels agissements ne peuvent que mettre le feu aux poudres !


Nous enjoignons nos dirigeants à rester raisonnables et chercher une sortie de crise honorable par le dialogue et la négociation.

Tracts