Le Comité Technique de Réseau (CTR), prévu le 11 avril, avait été boycotté par les cinq organisations syndicales élues à ce comité : CGT, CFDT, USD-FO, Solidaires et UNSA Douanes (lire en détail notre parution : déclaration intersyndicale au CTR du 11 avril 2018)

Les syndicats interpellaient notamment l'administration sur les différents projets de la réforme CAP 2022, largement contestée par les personnels douaniers lors de la journée de mobilisation du 22 mars dernier.

La DG a diffusé par messagerie un "flash info" résumant ce rendez-vous manqué du 11 avril à Montreuil, dont la lecture laisse à penser que la CFDT et l'UNSA Douanes ne sont pas représentatifs à la DGDDI et ne sont pas non plus associés à la contestation par le boycott du CTR.

Ce qui serait d'ailleurs faux, puisque nos deux organisations possèdent chacune 2 sièges en CTR et sont également signataires de la déclaration commune.

Il nous a donc paru légitime de réclamer un correctif auprès du Directeur Général, formulé le 12 avril en ces termes : "Monsieur le Directeur général, J'ai pris connaissance du flash info relatif au CTR qui appelle une remarque de ma part. En effet il est mentionné que les représentants de 3 OS ont quitté la salle avant l'ouverture de la séance et que la représentante de FO a lu une déclaration intersyndicale, sans que soit précisé les syndicats signataires de cette déclaration. En effet les 5 syndicats siégeant au CTR ayant signé nous vous demandons de bien vouloir modifier le flash info en apportant cette précision. Je vous en remercie par avance Cordialement Vincent Thomazo Secrétaire général UNSA Douanes."

En réponse, le DG a estimé que "la lecture du flash info comme celle de la déclaration liminaire ne laissent aucun doute. Ce flash ne comportant aucune erreur ni imprécision, je ne vois pas l'intérêt d'un addendum"

Nous aurions pu admettre son analyse si la déclaration liminaire en question avait été communiquée aux agents en même temps que le flash info, de manière à ne laisser, justement, aucun doute !

Au final, le message envoyé par l'administration sous-entend que les syndicats ne parlent pas d'une seule et même voix. Nous regrettons que la direction générale n'ait pas été transparente dans la globalité de sa communication !

Tracts