La brigade des douanes d'Agen est morte, vive la brigade d'Agen !

La brigade des douanes d'Agen est morte, vive la brigade d'Agen !

Demain, samedi 1er septembre, la brigade des douanes d'Agen fermera définitivement ses portes. Elle rejoindra ainsi la longue liste des bureaux et brigades douaniers sacrifiés sur l'autel d'une politique visant à supprimer méthodiquement tout ce qui peut représenter l'Etat dans nos territoires.
Après un demi siècle au service des Lot-et-Garonnais, c'est sans le moindre regret que nos hiérarques vont rayer cette brigade de la carte des Services Publiques.
Cette fermeture n’est pourtant pas sans conséquence pour les habitants du Lot et Garonne.
En effet, les agents, de la seule force régalienne en tenue d’uniforme et en arme pouvant contrôler à la circulation les véhicules et leurs occupants dans le but de trouver et de sanctionner tous types de fraudes, n’exerceront plus leurs missions sur les routes du département.
Entre Toulouse et Bordeaux, zone de passage entre l’Espagne, l’Andorre et toute la partie Ouest de la France, le Lot et Garonne est pourtant un espace stratégique où doit se pérenniser l’action d’une brigade des douanes. Malheureusement les habitants de ce département rural ne bénéficieront plus de ces contrôles douaniers, gages d’une sécurité accrue.
La nature ayant horreur du vide, il est évident que les organisations de fraudes sauront saisir cette opportunité et profiter de cette absence des services douaniers.
Mais l’autre effet collatéral, qui est passé inaperçu dans l'immédiat, c’est la fermeture de l’aéroport d’Agen aux vols internationaux et aux passagers en provenance d’un pays ne faisant pas partie de l’espace Schengen ou de l'Union Européenne.
Ainsi, avec la fermeture de la brigade des douanes d’Agen, l’aéroport d’Agen a définitivement perdu son statut d’aéroport international, ce qui n’est pas de nature à favoriser le développement et le rayonnement à l’international du Lot et Garonne.
Évidemment, vu de Bordeaux ou de Paris tout cela n’est pas très grave, les Lot-et-Garonnais ne seraient après tout que des citoyens de seconde zone...

Vincent THOMAZO
Secrétaire général UNSA DOUANES

Télécharger le communiqué de presse en pièce jointe :