Profession de foi et liste du CTR

logo

Défendre la place de la douane

À la croisée des enjeux sécuritaires, de lutte contre la fraude, de régulation des échanges, de promotion de l’activité économique, la douane occupe le devant de la scène et sert d’appui à de très nombreux services de L’État qui ne disposent pas des mêmes capacités opérationnelles : il est donc hors de question que notre administration subisse des coupes budgétaires et d’effectifs comme le chantier Action Publique 2022 le laisse craindre ; bien au contraire elle doit être renforcée notamment dans le cadre du Brexit !

Une attention portée à tous les collègues

L’administration multiplie les économies budgétaires au détriment des agents (suppression des compensations au coup par coup…). Ce n’est pas acceptable au regard des efforts effectués par les collègues et la surcharge de travail !
Les dispositifs de bien-être au travail et recrutements de psychologues se multiplient : s’il est normal d’accorder plus de place à ces préoccupations, n’oublions pas que ces dispositifs sont mis en place pour tenter d’atténuer la brusquerie des réorganisations, la négation d’un dialogue social de qualité et la prise de décisions sans consultation.
Pour les cadres, le plan managérial de la douane paraît artificiellement ambitieux sur bien des points qui ne pourront voir le jour sans accroissement des moyens budgétaires (échanges entre administrations, dispositifs de soutien individuel…).

Contre un angélisme dangereux

Sous le prétexte de faire preuve de modernité, la douane n’arrête pas de s’affaiblir. Après la charte des contrôles douaniers qui expliquait aux fraudeurs les moyens de se défendre, la loi ESSOC parachève cette tentative de lier les bras de la douane en réduisant son autonomie dans les contrôles, en multipliant les contraintes et en la plaçant de fait sous le contrôle d’autres autorités. N’oublions pas que la force de la douane, c’est son pouvoir d’initiative que l’UNSA Douanes et la CGC Douanes ne braderont pas !

Préserver un dialogue social équilibré

Il existe de nombreuses menaces sur le maintien des CHS, le nombre d’élus, la réduction du rôle des CAP, le statut des représentants syndicaux. Notre alliance dénonce fortement cette dégradation du dialogue social, nos organisations syndicales ayant maintes fois démontré l’intérêt de défendre des situations et les intérêts de nos collègues face à une vision parfois biaisée et simplificatrice de notre administration.

Pourquoi cette alliance ?

Pour défendre efficacement les intérêts individuels et collectifs des agents des douanes et faire face aux grands enjeux qui pèsent sur l’avenir des agents et des cadres de la DGDDI, nos deux syndicats ont décidé d’unir leur force pour présenter une liste commune.

1 LISTE COMMUNE, 2 FORCES SYNDICALES COMPLÉMENTAIRES, RESPONSABLES, DÉTERMINÉES ET EFFICACES !

Des valeurs communes :

Un syndicalisme apolitique et professionnel, qui a déjà fait ses preuves !
Nous partageons ensemble un socle de valeurs communes, en proposant un syndicalisme d’engagement, apolitique, professionnel, laïc et réformiste au bénéfice des agents et des cadres de la DGDDI.

La réunion de 2 forces autonomes

Nos deux syndicats, l’UNSA-DOUANES et la CGC-DOUANES, conserveront leur autonomie, leur indépendance et les valeurs qui leur sont propres.
Notre différence de sensibilités permettra de défendre une vision plus large dans les débats relatifs aux moyens humains et budgétaire, l’organisation et les conditions de travail, le fonctionnement des services et les règles de gestion des personnels.

Des enjeux nécessitant d’agir ensemble

Face aux défis à venir, notamment CAP 2022, nous ne pouvons laisser les agents et les cadres de notre administration sans force syndicale de revendications, d’actions et de propositions, pour les défendre utilement et de façon responsable.

2 forces syndicales complémentaires

Le syndicat UNSA-DOUANES et la CGC-DOUANES sont complémentaires dans leurs actions. Si le champ d’action de l’UNSA-DOUANES couvre l’ensemble des agents, la spécialisation de la CGC-DOUANES dans la défense des personnels d’encadrement offre une efficacité accrue et une forte légitimité à l’alliance.
Les syndicats UNSA-DOUANES et la CGC-DOUANES ont d’ores et déjà siégé ensemble quand l’expertise de l’un ou de l’autre était requise. Ils ont également participé ensemble à des auditions à l’Assemblée nationale ou ont rencontré conjointement des élus sur des dossiers emblématiques comme la lutte contre le blanchiment, le terrorisme et la protection des agents des douanes.

Une cohérence locale et ministérielle

Cette alliance a également été décidée par les fédérations Finances de l’UNSA et de la CFE-CGC, qui ont signé un protocole en janvier 2018 pour présenter une liste commune au scrutin du Comité Technique Ministériel. Au niveau local, de nombreuses listes seront également présentées sous le double timbre UNSA – CGC.

 

En pièces jointes le document original avec la liste présentée

GT/CTR